#2746

La grisaille et l’humidité du dehors offrant bien peu de distractions (la campagne, c’est froid et tout mouillé), je lis et j’écris. Seules notes de couleur, les pensées violettes sur l’appui de la fenêtre du bureau paternel, et les chatons dorés qui couvrent le noisetier. Le conte policier de Noël entamé récemment avance sans heurts. J’écris dans le gros volume qui était la « maquette en blanc » par l’imprimeur du Panorama semi-poche (une reliure non imprimée, pour nous donner une idée de l’aspect exact de l’objet prévu). Le stylo file à la vitesse de la pensée : ce qui fera plus suer ensuite sera de recopier le texte sur l’ordi, mais cette méthode permet un « deuxième jet » très naturel.

Partage
RSS
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *