#2763

J’ai rangé ma bibliothèque. Rien que de très habituel, me direz-vous, mais ce fut cette fois des travaux d’un peu plus d’ampleur que d’ordinaire. Au-dehors le temps se gâtait (et je ne parle pas que de la dégradation du lien social ou des interdictions de journalistes, je veux parler de la pluie battante et d’un orage impressionnant) et en dedans ce n’était pas terrible non plus (je suis malaaadeuh, rien de grave mais pas plaisant et plutôt fatigant malgré tout), et puis JDB m’a écrit qu’il allait passer le mois prochain reprendre son stock de livres prêtés (merci encore, mon ami), et dans un sursaut d’énergie, follement, j’ai donc rangé les précieux opus dans des cartons et, ce faisant, déblayé une longue étagère complète. Le rangement s’imposait donc, courage. Allez, « seulement » des lettres A à J, essentiellement, mais il y a de la longueur et de la hauteur. Bref, ça va mieux ainsi, ça respire un peu. En sachant que cette fois, l’horizon est atteint, ne restera plus que la solution des entassements, à nouveau. Enfin, c’est toujours amusant (un rien m’amuse), de ranger une bibliothèque, je suis un rangeur. C’est celle qui occupe le mur principal de mon bureau, celle des romans tous genres confondus — polars exceptés, qui sont sur l’autre mur, et hors jeunesse, qui est à l’étage.

Ce genre d’occasion permet de redécouvrir quelques romans achetés il y a un bail et que je n’ai toujours pas lu (un Ayerdhal, par exemple, le Steven Aylett conseillé par Moorcock, le deuxième Becky Chambers…), ou plus récemment (le dernier Jasper Fforde et les deux derniers Jeffrey Ford), d’éliminer quelques très rares doublons — mais pas tous : comment choisir entre The Jaws That Bite, The Claws That Catch et The Girl With a Symphony in Her Fingers de Michael G. Coney ? C’est le même roman sous deux titres différents, l’un en trade paperback sous couverture et avec des illustrations de Kelly Freas, l’autre c’est le hardcover anglais ; en français il est dans le recueil Péninsule des Moutons électriques, pub) ; ou entre The Ghost in the Electric Blue Suit et The Year of the Ladybird de Graham Joyce, oui c’est également le même roman sous deux titres différents, l’un en hardcover, l’autre en B-format, tous deux superbes… Cela permet également de se faire quelques envies de relecture, car je relis beaucoup, là par exemple je termine la relecture de la trépidante série de fantasy urbaine de Mike Carey, les « Felix Castor » (curieusement plantée en France par un éditeur distrait qui en débuta la traduction… par le deuxième tome). Et pourquoi diable n’ai-je aucune édition de L’Éducation sentimentale de Flaubert ? Il va me falloir remédier à ce scandale. Enfin bref, cela m’a distrait un moment et permit quelques feuilletages agréables.

« Toute bibliothèque répond à un double besoin, qui est souvent aussi une double manie : celle de conserver certaines choses (des livres) et celle de les ranger selon certaines manières. » (Georges Perec)

Partage
RSS
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *