#2889

Le silence enfouit en ces temps de confinement la prose volubile de la ville. Sorti en catimini hier soir afin de tirer ma poubelle à l’entrée de l’impasse, je regardai de droite et de gauche depuis le trottoir comme on le ferait de sa fenêtre, pour admirer un instant le grand front rose du ciel, ce suspens où rien ne bougeait sauf peut-être une lessive de petits nuages tendue le long de la voie ferrée et l’éclat doré d’une fenêtre, de l’autre côté. Puis je regagnai mes pénates, convaincu que Bordeaux avait comme moi chaussé des pantoufles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *