#2895

Jour 20. I blame it on Cecil. C’est ce fichu bédéaste du diable qui me donna envie de constituer, au moins en partie, la collection des albums très grand format reproduisant les planches originales du maître Franquin. Et voilà, la pente fatale. Aussi mais avant, le gros et beau coffret « prétendument intégral mais en fait on en a oublié alors voilà un complément mais oups il en manque encore » des Gaston, coûteux mais fastueux. Oui, je suis un tantinet fan de Franquin, on va dire ça. Le volume rouge sans titraille (tss) est un recueil des couvertures des reliures du journal Spirou. My precious.

(Et je vais clore ici cette série, commençant à me lasser)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *