#2926

Hier soir, lors de ma promenade vespérale, le rose du ciel teintait toute la ville d’une note beige plus soutenue encore qu’à l’habitude, rebondissant de façade en façade et transformant les plus sévèrement classiques en couverture de la NRF.
Un même vent acide coule aujourd’hui sous les nuées grises, si bienvenu après l’heureusement brève poussée d’excessive chaleur. Une odeur de pluie qui ne tombera pas traîne dans l’air qui faseye, alors que la veille une senteur d’allumette frottée piquait les narines. Sous le figuier vibre une ombre presque phosphorescente, l’herbe sèche se couvre des corps racornis de feuilles abandonnées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *