#2937

Une tristesse. Il y a dans mon minuscule fond d’impasse plusieurs présences animales familières : les trois chatons que je viens encore de voir courir au sommet de la muraille ; la tourterelle brune qui, maintenant qu’une voisine lui donne des miettes, ne quitte plus guère l’asphalte de notre ruelle ; et un hérisson de bonne taille, que je croisais parfois lors de mes promenades vespérales et que je n’ai jamais osé essayer de prendre en photo. Las, je viens de voir le pauvre petit corps de ce dernier dans un caniveau, ça m’a serré le cœur. C’est bête mais il va me manquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *