#2539

« No man can hold himself accountable for the results of his psychological defects, especially those he shares with all his fellow men, such as lack of omniscience » (Nero Wolfe)

En nos temps d’über dominance de l’image qui bouge, on entend souvent parler de binge-watching, alors est-ce que lire énormément et une seule et même série serait en quelque sorte du binge-reading — ou s’agit-il simplement de… reading ? Well anyway, ces dernières semaines, comme il m’en prend de temps en temps l’envie (les Maigret il y a quelques étés de cela, les Harry Potter un hiver récent), je dévore (le terme me plaît plus) une série qui m’est pourtant fort familière (mais justement) : les « Nero Wolfe » de Rex Stout. Vous ne connaissez pas ? Your loss. C’est une série policière américaine, sur un duo d’enquêteurs, un obèse autiste et génial et un petit rusé excellent danseur. Années 1930 à 60, grosso-modo, New York, tous les mecs portent un chapeau (homburg, fedora, même chapeau de paille l’été), toutes les femmes portent une hermine (vison, zibeline, etc.). Drugstores, night clubs, soda fountains, portiers, cabines téléphoniques. Plus les orchidées. Avec un mixte très original et assez subtil du whodunit avec le harboiled — Wolfe c’est un peu Mycroft Holmes et Archie c’est un peu Philip Marlowe. Je viens de m’en envoyer une vingtaine, et je ne m’en lasse pas. C’est pétillant, captivant, vintage, j’y reviens depuis mon adolescence.

#2535

Livres lus ces derniers temps (+ plein de Rex Stout relus sur la liseuse). Les deux Simon Mason sont des polars YA d’une grande beauté de style (ces bribes urbaines ! et ces ombres !) et d’une inspiration remarquablement actuelle, à la fois littéraire et, m’a-t-il semblé, indissociable cependant de la culture « série télé », avec un jeune et bel enquêteur au flegme arrogant comme celui du héros principal des deux premières saisons de Skins, avec une touche de Sherlock, sur une intrigue un peu Twin Peaks. Loved it. 

#2534

Luxe aussi inouï qu’adorable : entrer dans une librairie, et après une bise le libraire de vous annoncer qu’une part de tarte à la fraise vous attend. Et fort bonne, cette tarte à la crème et aux fraises, faut-il dire. Merci Léo, you made my day. Encore une fois, pour moi la Zone du Dehors est bien plus qu’une librairie. Mais foin de gourmandise, c’est d’appétit livresques que je voulais parler : une autre forme de gourmandise, qui prend celle d’une pèche, d’une sérendipité qui m’est chère. À savoir, entrer dans une librairie, errer dans les rayons et se laisser séduire au hasard, par des livres qui vous font de l’œil. Et je dois avouer que cette errance, elle m’arrive bien peu souvent dans les librairies françaises — la faute m’en incombe, je ne me sens pas très à l’aise dans ces rayonnages blanc-beige, la conception germano-pratine de la littérature m’ennuie, le politiquement correct franco-livresque me rebute, la laideur sérieuse et respectable n me met pas en appétit, je (re) connais trop tout cela, la prod locale ne me fait que peu rêver… Alors les rares fois où j’ai l’occasion d’aller dans une librairie anglaise, ah quel bonheur en revanche, quel exotisme soudain : je furète, je découvre, les couvertures me ravissent, les graphismes m’ébaudissent, et je prends des livres qui me font de l’œil, dans un « hasard heureux » qui me déçoit rarement. Tout cela pour dire qu’hier soir, après cette délicieuse tarte aux fraises, pourtant un grand album jeunesse m’a fait de l’œil, je l’ai parcouru, immédiatement sidéré et séduit graphiquement ; je l’ai acheté et je confirme : c’est une pure joie. C’est bien simple, on croirait qu’on l’a fait juste pour moi, cet album : le foisonnement, les animaux anthropomorphes, le format immense, son esthétique… et de découvrir même, à la lecture, que le sujet est discrètement gay : les deux personnages qui se disputent au début et se rabibochent à la fin, c’est bien un couple masculin, visiblement, d’ailleurs à la dernière page se distingue une photo que je suppose être de leur mariage. Auteurs néerlandais, éditeur suisse, chapeau bas.

IMG_0171 IMG_0172 IMG_0173

#2529

Vu en librairie l’album avec tout un village de schtroumpfettes. Impression d’étrangeté un peu inquiétante, qui rejoint les théories qu’avait Alexandre Mare dans son article « The village schtroumpf » (in Sexe !, chez les Moutons électriques, rééd numérique récente) et croise une bédé de Thierry Martin relue hier soir dans son gros recueil, où il existe aussi un village d’autres lutins, les schbrols : « ils ont l’air encore plus terribles que les autres, se dit Gargamel terrifié, ça doit être une hallucination »…

#2528

Il y a en bande dessinée des sensibilités, des styles, qui me « parlent » plus que d’autres. Ainsi est-ce dès leurs tous débuts que j’ai été attiré par les travaux de Lewis Trondheim, de Jean-Christophe Menu (tous les deux dans des fanzines) ou de David B. Plus tard, j’ai ressenti un attrait comparable dès les premiers travaux de Jean-Philippe Peyraud, de James, de Nylso, de David De Thuin, d’Hugo Piette, de Pau… Autant de bédéastes pas spécialement célèbres je suppose mais qui construisent sur l’héritage classique de la BD franco-belge, « gros nez » et « ligne claire », pour parfaire une patte personnelle, une élégance frêle et bien reconnaissable. Thierry Martin me semble également être de ceux-là, en tout cas dans mes goûts personnels, mais les premières fois que je me suis intéressé à son travail c’était pour des raisons cocassement anecdotiques car familiales : lorsque ma maman était étudiante, à Tours, elle logeait chez sa grand-mère. Mais mon attention fut vite captée, pour de bon.

Et puisque je viens d’évoquer un splendide pavé, par Mattotti, autant que je parle aussi du Hors cadre de Thierry Martin, chez Black & White éditions. Un grand et gros album jaune, de beau format presque carré mais pas tout à fait, qui a l’audace de constituer une intégrale des travaux de Martin à ce jour : étonnant, pour un relativement jeune dessinateur, et si peu connu. C’est donc toutes ses histoires semées dans Spirou, en particulier, que l’on retrouve là et c’est un grand plaisir, le bonheur du trait et celui de pas mal d’hommages, avec Spirou & Fantasio souvent en avant (qu’il est navrant que la direction de Dupuis n’ait pas retenu son projet d’album, ça dit bien à quel point cette collection des « one shot » de Spirou & Fantasio peut être mal dirigée alors qu’elle donne naissance à nombre d’albums médiocres) — et la bonne nouvelle, apparemment un Mickey en cours pour Glénat. Une belle somme, inattendue et qui se déguste : pour moi une gourmandise.