#2894

Day 19. Juste à côté de l’étagère précédente, la petite bibliothèque des essais sur la SF, la fantasy, la littérature jeunesse et toutes ces sortes de choses. Double épaisseur of course. Et un vaisseau Eagle de la série tv Cosmos 1999, en métal, acheté quand j’étais ado lors de mon premier séjour de l’autre côté de la Manche.

#2893

Bon je vous préviens, je ne vais pas encore faire ça quatre semaines. Mais allons, dix-huit. Une autre partie de mes rayons « enfantina », celle-ci consacrée aux ouvrages documentaires, surtout sur la nature. J’avais 7 ans lorsque cette collection de chez Time-Life est parue (je viens de vérifier le copyright : 1970) et j’ai l’impression de l’avoir toujours connue, c’est en quelque sorte mon « socle » de connaissances. Les revues sur le côté sont une collection de magazines sur les oiseaux, trouvée l’an passé en boîte à livres, dix numéros récents de L’Oiseau-mag, revue de la Ligue de Protection des Oiseaux, passionnante.

#2892

Dix-sept : the wall ! Roses, vertes et quelques autres, presque tous lus et, de Georges Chaulet à Huguette Carrière en passant par Paul Berna, Christine Renard, Pierre Lamblin, Max Kruse, Philippe Ebly, Paul-Jacques Bonzon ou Marc Soriano, par exemple, beaucoup de bonnes choses. Une boulimie de môme devenue une réalité d’adulte, en somme.

#2891

Zone 16, enfantina encore : dans un recoin, le secret honteux et presque inavouable – la littérature scoute ! Deux petites rangées de « Signe de Piste », collection découverte en bibliothèque dans ma jeunesse et pour laquelle je conserve une tendresse certaine en dépit de son contenu (les textes) idéologiquement très à droite — remarquez, les « Sans-Atout » de Boileau-Narcejac à la même époque, très semblables, ne valaient politiquement pas mieux et ne bénéficiaient pas des illustrations de Pierre Joubert.

#2890

Exhibit 15. Enfantina. Depuis que j’ai découvert le charme de la… collection ? non : disons plutôt de l’entassement de vieux albums pour la jeunesse, et la séduction infinie de ce domaine, c’est terrible, je n’en finis plus… Une étagère parmi une quinzaine , et la moins chargée…