#2253

Avant-hier soir j’ai lu un roman d’horreur. J’en ai été tellement choqué qu’il m’a fallu tout ce délai pour parvenir à vous en parler. J’en frémis encore. Rien que le titre, déjà : Le devoir joyeux ! C’est une réédition des années 1960 d’un des romans de la série « Brigitte » par la terrifiante Berthe Bernage, qui dans les années 1930 en aligna comme ça plus d’une vingtaine apparemment. J’avais vu il y a quelques années une collection chez un bouquiniste lyonnais, avais feuilleté cela médusé, des sortes de « Bibliothèque rose » pour adultes, mais du style à faire passer Enid Blyton pour une gauchiste. C’est simple, rien qu’à lire les premières pages, c’est tellement sucré que j’ai eu l’impression de sentir les caries se former. Pétri de « bons sentiments », du genre de ceux qui animent les gentils petits couples homophobes de la Manif pour tous. Catho tradi, femme au foyer, doux enfants, famille, patrie… ahurissant, du concentré de Pétain et du Fig-Mag, de la littérature pour enfants de (Jean-) Marie et autres « Printemps français ». Traumatisant.

Post-scriptum : non je ne l’ai pas payé, trouvé dans une « boîte à lire ». Mais apparemment des gens continuent à rééditer ça.

Bernage001

1 réflexion sur « #2253 »

  1. Dans mes lectures de jeune bourgeois bien pensant il y avait non seulement Zénaïde Fleuriot puis Berthe Bernage, mais aussi Marguerite Bougareau et Marguerite Bourcet, des dames spécialisée dans la littérature pour jeunes filles chrétiennes. J’ai toujours en mémoire ces pieux romans…

Répondre à ruaud Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *