#2578

Mon jardin est tout petit mais m’apporte malgré tout bien des menus plaisirs, comme de manger ce midi une salade de pourpier, tomates, oignon et piment doux en provenance de mon espace à moi que j’ai. Et je songeais à ces bonheurs minuscules qu’il faut parvenir à saisir, à entretenir, à chérir pour se sentir bien, notamment à certaines photos qui me sont chères. Celle-ci par exemple, réunissant deux garçons importants pour moi (mon assistant et mon fils), et la lecture, toujours la lecture. Les bougies c’était plus fortuit, mais cela créa une belle ambiance. Au début de mon acclimatation bordelaise, il y avait fréquemment des pannes de courant, l’installation vétuste ne fut enfin remplacée par la compagnie d’électricité qu’après plusieurs protestations des habitants de l’impasse. Maintenant même par les orages les plus violents, comme l’on en a eu un il y a peu, la lumière demeure stable.

Mon traditionnel épuisement estival m’ayant rattrapé, je me suis mis un peu en pause, je (re) lis pour mon plaisir seulement, à savoir pour l’instant Moonheart de Charles de Lint, l’une des premières fantasy urbaines à m’avoir renversé — à la relecture, je trouve que l’auteur tirait un peu trop à la ligne, je passe vite sur certaines séquences, mais la musique particulière de cet auteur me séduit toujours. Niveau bédé, je relis avec jubilation les « Lapinot » de Lewis Trondheim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *