#2928

Un dimanche en cœur d’été, les sons de la ville n’appartiennent qu’au domaine de la quiétude. Nombreux bourdonnements et tournoiements frisés d’insectes – un corpulent bourdon noir butinait tout à l’heure les corolles des courges, plongeant profond dans les fleurs jaunes. Je ne peux hélas plus dormir la nuit sur la terrasse, maudits moustiques. Épars tchip-tchip des oiseaux discrets à cette saison, et ce matin quelques « pioup » isolés. La rumeur presque inexistante du boulevard. Le grommellement puis le grand souffle d’un train. La ville qui sonne belle, le samedi matin comme le dimanche : les cloches d’une église, voix de métal claire et sage. De minuscules « miaou », un instant, les trois chatons sont de passage en haut du mur. Les grincements sourds d’un autobus. La chute d’une feuille du figuier, froissement sec. Rien d’autre. Le chaud silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *