#2571

Depuis des années, il y a des livres que j’offre régulièrement… Il y a d’abord eu le roman Replay de Ken Grimwood (j’en ai encore donné un cette semaine). Puis le manga L’Homme qui marche de Taniguchi (mais ça fait un moment). Et depuis peu je profite du poche de Cygnis de Vincent Gessler pour le faire découvrir. Il y en a eu quelques autres (Printemps au parking et Encore heureux qu’on va vers l’été de Christiane Rochefort, par exemple, mais ils sont trop seventies maintenant je crois) mais ce sont les trois principaux.

#2568

Rêvé de mon vieil ami Michel Pagel, il habitait provisoirement dans un appartement en dessous du mien, dans un immeuble ancien très élevé à flanc de coteau, à Chinon (Touraine), ville que je lui faisais visiter un peu… C’est amusant en ce qu’en m’endormant hier soir je me suis dit que je ne faisais plus du tout de rêves de villes étranges / réimaginées, depuis que je suis à Bordeaux qui figurait grandement dans mes rêves urbains auparavant…

#2567

Mon menu lopin sous le haut mur ne l’a pas encore vraiment réalisé mais la saison rousse est bien là, pour ma part je l’ai compris ce soir. Sous un ciel déjà outremer lorsque sonnent les 20 heures, les têtes orangées emmanchées au bout d’un long cou s’allument timidement, hésitantes, brouillant les ombres. Elles accentuent la teinte automnale qui s’est emparée de la petite place pas loin de chez moi, celle qu’enserrent les grises maisons de cheminots, d’un côté, et les blancs pavillons sixties, de l’autre. Un brin de vent fait crisser les feuillages et lève une senteur sèche, alors que pourtant d’intermittentes averses ont martelé tout le jour. Le sol se jonche de boucles rousses, les tilleuls entament leur calvitie hivernale.