#2668

Réinsertion graduelle dans le quotidien. Chaque fois que je rentre d’un voyage, cela me fait le même effet : non, je ne parle pas de la fatigue (quoique je vienne de passer une semaine à me remettre véritablement), mais des souvenirs qui remontent en mémoire, des images qui viennent en tête, un coin de rue, une perspective, tous ces fragments, ces brefs aperçus et impressions qui m’enrichissent désormais et que je savoure comme par bouffées. Oh, et j’ai même continué à boire du thé du Yorkshire, c’est dire.

#2635

Douceur tourangelle d’un week-end. Les bords de Loire, avec les blanches beautés successives de Candes, Montsoreau, Notre-Dame-des-Ardilliers et Saumur. Le fleuve large et miroitant. Les collines fondant dans la bruine. Le chant du coq en pleine nuit (!). Les mésanges à longue queue qui fondent en escadrilles sur les boules de graisse installées prés de la maison. Une coupelle sombre pour le bain des volatiles posée sur le vert tendre d’une table métallique. Un clafoutis aux cerises aigres avec les noyaux.

#2623

Jour de balade. Un joli pot en verre seventies à la brocante. Un thé dans une librairie. Un déjeuner avec un ami éditeur. Une expo de livres tchèques des années 10-30 aux Arts décos (où tout le reste relève du musée des horreurs, soit dit t’en passant, genre tombe passée à l’encaustique et perruques poudrées). Un achat de thés. Un grand papotage dans une autre librairie. Du soleil au départ, du soleil au retour, une bonne averse entre les deux, la ville brillait sous le ciel froid, luisante et lumineuse.

#2618

… où le capitaine, désagréablement fébrile et attigé d’une crève peu étonnante en regard de 1/ les récentes visites d’un individu à la voix suspectement éraillée ; 2/ la panne non moins récente de la chaudière (maintenant réparée) ; et 3/ une averse aussi traitre que copieuse prise l’autre jour… Bref, le capitaine, peu vaillant et tremblotant, de se rassurer quant au maintien de son sérieux professionnel, puisqu’il peut se blottir dans un canapé tout en sachant qu’il lit pour « raison pro », rien moins que cinq manuscrits venant de tomber dans sa liseuse.

#2607

Carmen semble s’être fatiguée, mais elle nous laisse une bonne semaine de pluie et de gris, le genre de temps qui donne envie de se pelotonner dans des coussins et de lire, sans lever le nez, entouré de chats. Et du thé, beaucoup de thé. *bâââille* Bonne année everybody, fit l’éditeur dolent et clignant.