#2756

J’ai compté l’autre jour, en finissant de préparer un catalogue : les Moutons électriques en sont à 365 ouvrages publiés, en cette quinzième année ovine. « Je crois que j’aime trop les livres », disait hier un collègue et ami d’une autre maison, ah ah ah !

#2755

Au fait, hier j’ai reçu le troisième numéro de la revue Le Novelliste et, si j’avais une petite nouvelle dans le deuxième, cette fois je suis au sommaire avec un long article d’histoire de l’art, cosigné avec Mireille Meyer & Jean-Jacques Régnier, sur une artiste des années 20 bien oubliée, Reno. Nous avions écrit cela il y a des années pour la revue Les Cahiers dessinés, qui s’était alors arrêtée, damned. Cette fois est la bonne, et il y a deux repros de dessins de Reno, dont un grand en couleur. De plus, croisons les doigts, un article court mais plus largement illustré devrait voir le jour cet été dans le magazine Les Arts dessinés.

#2754

Je ne sais pourquoi, je viens de repenser à une scène amusante dont je fus l’un des protagonistes, il y a pas mal d’années. Situons tout d’abord le décor, déjà singulier en lui-même : une longue salle dans une grande cité scolaire catholique en haut des pentes de la Croix-Rousse, à Lyon, où un ami était documentaliste. Après une conférence, un cocktail avait été organisé auquel l’on m’avait convié en tant qu’éditeur et habitué des lieux. Apprenant ma profession, un bonhomme au physique tordu par les ans comme un vieux buisson s’approche de moi comme je me trouve isolé un moment près des petits fours. Et de me demander ce que je publie, une lueur intéressée dans le regard. Discernant bien le type de fâcheux qu’un éditeur rencontre généralement dans les situations mondaines, de ceux qui ont toujours un ennuyeux manuscrit historique ou autobiographique à fourguer, je lui fais un sourire poli et je répond tranquillement que je publie de la science-fiction. L’expression d’effroi qui figea soudain ses traits fut fulgurante de même que son demi tour sans un mot, un retrait précipité qui me laissa au bord de l’hilarité.

#2753

Et puisque je vous disais il y a quelques jours que je publiais sous le pseudo d’Olav Koulikov dans la collection « Les Saisons de l’étrange », eh bien figurez-vous que cette structure vient de définitivement acter son indépendance et qu’elle propose aujourd’hui un financement participatif pour sa deuxième saison. Voilà, c’est ici et bien entendu j’en suis !

#2752

Il y a 5 ans jour pour jour je notais « First night in Bordeaux. Ouf, rompu par les presque 7h de voyage, après tout le reste. To sleep perchance to dream et toutes ces sortes de choses… » Eh oui, j’ai 5 ans. 5 ans de Bordeaux.